La scène Thélème

Restaurant
Sous Titre
Catégorie
Date 13 Octobre 2020

IMG_5524

L’adresse fut pendant de 30 ans celle de Guy Savoy…C’est ici qu’il rentra au Larousse et obtint sa troisième étoile Elle est depuis une année celle d’un chef talentueux amoureux des saisons Yoshitaka Takayanagi passé par les fourneaux d’Allain Ducasse, de Yannick Alleno et du Grand Vefour.

Un menu du déjeuner en 3 services a moins de 50 euros, Un menu en 4 services…un menu dégustation en 6 services, et un menu « Ferme Yamashita » (Composé autour des merveilleux légumes d’Asafumi Yamashita) en 7 services (Midi et Soir)… Les offres sont nombreuses comme les ponts entre ces différentes propositions.

Les tables sont élégantes, l’ambiance épurée…Cela manque peut être un peu de chaleur mais esthétiquement et graphiquement le lieu ne laisse pas indiffèrent (Surtout la salle du milieu et du fond à préféré a celle de l’entrée).

Le choix se porte sur le quatre plats… Au programme du jour : Pour commencer, une tartelette au champignons Eryngii (une variété de pleurote), Girolles, Trompette de la mort, Cèpes et marmelade de cèpes… Je ne suis décidément pas fan de ces préparations faites en avance qui se garnissent dans une forme d’assemblage pendant le service. Plus un plat si j’osais d’une première classe d’avion que d’un restaurant gastronomique. Mais soyons juste c’est agréable….Très vite oubliable mais bon.

Suit un Lieu Jaune, raviole de chou chinois, carotte, navet (Yamashita), Purée de Carole, émulsion d’Ail. La cuisson du lieu est formidable. Mais qu’il semble loin le temps ou Soles, Turbot, Voire Saint Pierre ou Dorades ravissaient les papilles du Gourmand qui s’attablait aux étoiles. Les grincheux me diront qu’un lieu jaune qui est d’ailleurs bien qu’assez neutre plus fin qu’un cabillaud peut être sublimé par un grand chef ils auront raison. Il  ici a fait de son mieux mais ce poisson manque quand même selon moi un peu de sex-appeal. C’est comme pour l’entrée bon mais tout aussi vite oubliable.

Arrive un Quasi de Veau, Purée et tempura de mais, Mimolette, Pickels Oignons doux…C’est bien cuit, c’est précis…Aimable en bouche mais la aussi encore très sage. Le dessert est à l’unissions, bien élevé, gracieux, prévenant, cordial, délicat, a défaut d’être émoustillant et envoutant.

La carte des vins est très bien pensée mais comme souvent il est difficile de faire un choix pertinent qui n’atteigne pas les 3 chiffres. C’est dommage mais compréhensif car cette adresse attire pour une expérience étoilée a moins de 50 euros et les bouteilles doivent un peu rattraper le ticket moyen et les nombreuses tables sur lesquelles trônent une carafe d’eau. C’est dommage car il n’y a que des perdants dans cette histoire. Pour nous ce fut un Chenin d’Ailleurs 2017 de François Chidaine (Proposé quand même à 65 euros, ce qui quand on connaît le prix du vin est un très gros coefficient)

Au final, tout ce qui nous fut servi dans les assiettes furent d’une technique qui n’appelait aucune critique… D’ou les 2 poêles…Mais devant tant de talent j’ai eu l’impression dans cette adresse qui partage ces murs avec un théâtre de ne pas connaître le chef, de ne pas voir sa propre partition encore ou si ce n’est pas des petites touches encore trop discontinues. A la scène Thélème j’aurai aimé voir sa propre sise en scène sans peur des guides culinaires et autre critiques…Gouter a sa propre vision culinaire, simple et claire comme la promesse en était faire sur son site.

Notation par poele :